Récap’ de mes lectures de Mars 2019

Temps de lecture estimé : 19 minutes

Le chant des revenants

Le chant des revenants est un roman assez déroutant. Après un début rugueux, l’intrigue se déploie ensuite de manière assez laborieuse. Et s’il aborde bien des sujets lourds et graves, le roman se résume en fin de compte à raconter une tranche de vie.

On se prend d’une véritable empathie pour les deux jeunes enfants, qui illustrent à la perfection la devise « on ne choisi pas sa famille ». Drogue, violence, alcool, leurs parents sont en roue libre. Plus que la couleur de leur peau, qui n’est finalement pas un sujet si central dans le récit, c’est plutôt l’inaptitude de certains à être parent, dans une Amérique qui ne pardonne rien qui est mise en lumière.

Chargé malgré tout d’une poésie crépusculaire l’auteur nous gratifie de quelques figures de style intéressantes. Mention spéciale à la traduction française déplorable qui se borne à un mot à mot désespérant.

Venise à double tour

On ne reviens jamais complètement indemne d’un voyage à Venise. Même le touriste le plus superficiel et ingrat, qui se contente d’un aller-retour de quelques heures entre la cabine de son paquebot et la place Saint Marc, ne restera pas insensible à l’atmosphère si particulière de cette ville si particulière, entre ciel et mer, dépourvue de la cacophonie automobile et parsemée de joyaux architecturaux.

Alors pour qui dépasse ce statut de simple touriste et s’attache à s’imprégner de l’histoire vivante de la cité lacustre, c’est l’assurance de s’ouvrir des découvertes architecturales et humaines et saisir ce qui constitue l’âme et le coeur de Venise.

Multipliez les séjours sur place et vous reviendrez à chaque fois un peu plus différent, un peu plus riche de ce que vous aurez découvert sur place.

Jean-Paul Kauffmann, dont c’est là le premier ouvrage a passer entre mes mains (shame !), entretien avec Venise une histoire passionnée.

A force d’escales dans la ville désormais plus que millénaire, que la doxa des tour operator désigne jusqu’à l’écoeurement par le vocable éculé de « sérénissime », l’auteur possède une intimité avec Venise que seuls ceux qui cherchent véritablement à la connaître peuvent atteindre.

A tel point, que ne semblent lui manquer que l’inaccessible pour dernier terrain de jeu. Comme si tout le reste constituait un fait acquis.

Déroulé comme une enquête, la quête des églises fermées de Venise, souvent invisibles pour le commun des mortels, et devant lesquelles passent des hordes toujours plus nombreuses de touristes indifférents, se révèlent non seulement ardue, mais également imprévisible.

Car plus que l’intérieur de ces églises, on découvre avec cette quête une des faces cachée de Venise. Celle de la gestion administrative, de la vie économique. Bref, ce qu’il y a derrière l’écrin idyllique et romantique des décors de cartes postales.

Porté par une plume aiguisée et élégante, ces quelques pages sont autant le reflet d’un parcours du combattant pour se faire ouvrir ces joyaux cachés du public, qu’un puissant et vibrant hommage à Venise qui pourra en inciter plus d’un à délaisser les parcours fléchés pour se perdre dans les ruelles magnifiques de cette cité si arpentée et pourtant si mystérieuse.

Merci, Fallait pas

Si l’intention du livre est louable, force est d’admettre que son ton passe à côté de son objectif. Ni drôle ni pertinent, l’auteur se contente d’empiler les clichés sans apporter une once de valeur ajoutée.

Sans cesse péremptoire, le livre passe avant tout pour donneur de leçon et finalement assez manichéen et absolutiste alors que son propos vise justement à contribuer à « vulgariser » le discours féministe. Sans compter que bon nombre de cas présentés sont éculés, voire dépassés…

Si la guerre est une chose trop sérieuse pour qu’on la confie aux militaires, il en va peut-être de même pour le féminisme (par ailleurs assez mal défini par l’auteur) qui est un sujet suffisamment sérieux pour qu’on ne le galvaude pas n’importe comment.

Ce qui fonctionne sur Youtube ne devrait parfois pas franchir la barrière des pixels de nos écrans…

Ce pays que tu ne connais pas

Quoique j’ai comme chacun d’entre nous un trou du cul point de vue sur le monde et des convictions politiques (au sens général du terme et non partisan) je tâche au maximum de rester le plus neutre et le plus objectif possible.

C’est pour cela que j’attache une attention toute particulière à écouter ce que chaque courant de pensée a à dire. Je reste fermement convaincu que le pluralisme et le débat d’idées est le seul vecteur du mieux vivre ensemble, garant de nos démocraties modernes.

Ne partageant pas, à priori, les mêmes idées que François Ruffin, les qualités humaines du bonhomme et son parcours, avant qu’il ne soit élu député, me le rendent éminemment sympathique.

Ce livre est un véritable cri du cœur qui, à l’opposé de toute la littérature politique saisonnière aseptisée, est emprunte de sincérité, de justesse, de vérité et de franchise.

Si la forme est par moment volontairement tranchante, le fond du propos est quant à lui profondément sérieux et ne tombe pas dans un manichéisme simpliste que le genre aurait pu encourager.

Bien entendu, c’est à charge contre le Président de la République. Bien entendu, le propos est très teinté de « rouge » et penche clairement à gauche. Mais l’empathie de l’auteur, et la primauté donnée à son parcours, n’en font pas un réquisitoire bête et méchant mais au contraire une tentative d’appel au secours.

S’il ne fera pas forcément avancer le débat politique, qui reste très cloisonné à la sphère feutrée des palais parisiens, cet ouvrage a au moins le mérite de rendre témoignage du parcours d’un des députés les plus atypiques de la mandature actuelle, voire de la Ve république.

Venise, la cité monde

C’est en rentrant de Venise que je me suis fait l’amère réflexion que malgré mon passé d’historien, je ne connaissais finalement pas grand chose des détails de l’histoire de Venise.

Se mettre en quête d’une bibliographie sur Venise s’avère être une mission périlleuse. La plupart des titres recommandés ici ou là sur le net n’est plus édité ou, s’il le sont, ne sont pas disponibles immédiatement en librairie. On privilégie évidemment les guides de voyages, qui se vendent comme des petits pains, mais qui à l’heure du temps réel, deviennent obsolètes dès leur impression.

Parmi les titres suggérés et sur lesquels j’ai pu mettre la main, cet ouvrage propose une approche particulière de l’histoire de Venise.

Globalement chronologique, l’ouvrage adopte une structure articulée autour de quatre thématiques qui permet de faire la synthèse de plusieurs sujets, le tout à travers le prisme du caractère « international » de la ville, située aux centres politiques et économiques de l’histoire mondiale.

Recueil de plusieurs textes qui s’apparentes à des articles de publications spécialisées, ce livre offre un aperçu plaisant de l’histoire de Venise et fouinant plusieurs de ces aspects.

Cette lecture est toutefois largement insuffisante pour appréhender toute l’histoire de la ville et il faut notamment s’appuyer sur d’autres sources, qu’elles soient livresques ou numériques pour expliciter certains termes ou certaines notions si celles-ci vous sont inconnues par ailleurs.

Développez votre intelligence avec le Mind Mapping

A force de tourner autour du pot, la rigueur m’a poussé à revenir aux fondamentaux de l’outil de Mind Mapping.

S’il faut reconnaître à Tony Buzan d’avoir formaliser un certains nombre de concept autour de cette méthode, il faut admettre qu’elle lui fut antérieure. Tout ça pour dire que quand l’auteur nous dit qu’il a « inventé » la méthode, il faut le relativiser.

Presque exclusivement orientée sur une pratique manuelle de la méthode, le livre présente une méthode très stricte et limitante en dehors de laquelle il ne saurait y avoir de salut selon Tony Buzan.

Si la nécessité d’avoir un cadre est important, le caractère très personnel des cartes mentales produites impose justement que chacun puisse s’approprier les règles pour pouvoir les enfreindre ensuite et trouver les automatismes propre à chacun.

Si la définition des bases est nécessaire, l’ouvrage me semble trop absolu et imposer un carcan trop strict. Tout le monde n’a pas besoin d’un dessin central, de courbures et autres fioritures.

A l’heure du numérique, un bon outil flexible et dans l’esprit de ce qui est présenté par Tony Buzan peut donner d’aussi bons voire de meilleurs résultats quand à la mémorisation ou l’organisation de la pensée.

Là encore, chaque cas va être unique.

Une lecture importante, mais qu’il faut savoir très vite dépasser pour s’approprier les outils et la méthodes et la mettre à son service.

Dette de sang

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’auteur ne tergiverse pas.

On entre d’emblée dans le cœur de l’action et le lecteur n’a pas vraiment le temps de se poser de question. Tout va vite. Extrêmement vite d’ailleurs.

Mais là où cet ouvrage se distingue d’une banale histoire d’enquête ou même de vengeance, c’est qu’il illustre la fragilité des frontières entre bien et mal, bons et mauvais, gentils et méchants, justice et vengeance, détresse et folie. On assiste à la lente transformation de la seule survivante qui passe progressivement de la tristesse à la noirceur la plus totale.

Dans un inattendu retournement de situation savamment amené, les rôles se trouvent finalement inversés et les êtres les plus noirs ne sont finalement pas ceux que l’on croient. Le mystère reste hélas entier à la fin de la lecture, ce qui ne gâche en rien la qualité du roman, mais frustre quelque peu le lecteur !

Venise, Portrait historique d’une cité

Réédition d’un ouvrage des années 70, cet livre s’inscrit dans le courant historiographique qui cherche à s’extraire de l’approche purement chronologique prévalant largement au XXe siècle pour glisser vers une destructuration du récit historique, privilégiant le thématique sur le chronologique pure.

En résulte un ouvrage aujourd’hui daté, puisque si réédition il y a, cette édition n’est nullement enrichie par les derniers développements de la recherche historique concernant Venise.

Si celles-ci ne bouleversent pas fondamentalement la science des faits et de leur enchaînement, elles permettraient néanmoins de tempérer la teinte politique prise par cette étude de Venise, finalement assez superficielle.

Pas vraiment une lecture recommandée pour celles et ceux qui souhaiteraient approfondir leurs connaissances de l’histoire de la sérénissime.

Le jardin des papillons

Ce roman glaçant déploie sont intrigue avec un brio exceptionnel.
Jouant habillement des non dit, l’histoire prend la chronologie à rebours en nous racontant les faits alors que l’intrigue est déjà dénoué du point de vue des personnages.
Les faits se dévoilent donc à mesure que le personnage principal les raconte tel qu’elle les a vécu.
Par petites touches, on découvre tout de cet enfer dans lequel perce malgré tout un peu de joie et de solidarité.
Mais des antagonistes principaux, nous ne saurons rien. Tout juste leurs noms et certaines de leurs tenues vestimentaires. De même, si l’on devine certaines situations car insinuées, elle ne se révèlent pleinement qu’à la toute fin.
Prodigieux dans son processus d’écriture, la trame nous fait adopter progressivement la résignation des filles prisonnières du jardin preuve que le lecteur s’identifie très bien à ces personnages attachants et bien écrit.
Les pièces du puzzle finissent par s’assembler et il n’est pas sur qu’une suite (en deux volumes) était indispensable.

Le vol de la Joconde

Quoique cela ne soit pas particulièrement mal écrit, ce livre est en définitive assez inintéressant.

S’adressant par moment directement au lecteur, ne respectant pas la chronologie ni la cohérence des faits, on ne sait finalement pas trop ce que cherche à accomplir l’auteur par cet ouvrage.

Hommage maladroit aux « génies » artistiques de la France du début du XXe siècle, le récit enchaîne les portraits de ces artistes, au moins connus de nom, et pour lesquels l’auteur semble éprouver une certaine fascination.

La trame narrative n’est qu’un prétexte assez vite oubliable pour permettre à l’auteur de mettre en scène sa galerie de personnage.

A noter toutefois quelques anecdotes sur des faits parfois méconnus mais qui ne suffisent pas à faire surnager un propos passable et quelconque.

Voyage au pays des bibliothèques (Critique)

Je reviens assez longuement sur ce livre dans la critique que je lui ai consacré.

Un ouvrage, et surtout un rapport, assez faible, superficiel, dont les vides sidéraux tentent d’être rembourrés avec les poncifs les plus plats et éculés possibles.

A fuir absolument. Y compris pour les commanditaires du rapport idoine…

L’orbe de Xaraz

Orbe de Xaraz

Suite des aventures de nos héros aux bras cassés !

Un propos toujours aussi jouissif et une plume toujours aussi drôle.

Dictionnaire amoureux de Venise

Dictionnaire amoureux de Venise

Cela faisait longtemps que je souhaitais m’attaquer à cette série des « dictionnaires amoureux ».

Un titre intrinsèquement paradoxal qui conjugue la subjectivité assumée de l’auteur à l’impartialité descriptrice que représente un dictionnaire.

Car dans cette série ce qui compte d’avantage que le sujet du livre – Venise en l’espèce ici – c’est surtout son auteur. A la différence d’un « bête » dictionnaire de Venise, qui, s’il serait évidemment collégial, viserait à rendre compte objectivement sans le biais du point de vue des auteurs de faits, lieux ou objets ayant trait au sujet traité, les ouvrages de cette série offrent avant tout à appréhender le regard porté par son auteur sur le sujet.

Le nom de « Dictionnaire » subsiste donc uniquement en raison de l’approche alphabétique de l’ouvrage.

Le caractère « amoureux » de la collection assume donc également le côté partial et passionné de la prose de l’auteur.

Un fois cela posé (et ces portes ouvertes enfoncées), que penser de ce dictionnaire amoureux de Venise ?

Si Venise reste et restera à tout jamais Venise, cet ouvrage met plus que jamais en lumière que Venise est surtout une expérience personnelle. A chacun son Venise en sorte.

Au delà des apparences, chacun expérimente Venise différemment selon sa sensibilité, sa culture, son passé, et aussi selon l’époque à laquelle il la visite. La Venise nocturne du coeur de l’hiver n’a pas la même saveur que la place Saint-Marc un midi de plein été.

Philippe Solers nous livre ainsi un aperçu de ce que l’on peut voir et ressentir à Venise tout autant qu’une séance de rattrapage à propos de celles et ceux qui se sont déjà exprimé sur Venise au long de l’histoire et principalement du XXe siècle.

Un ouvrage majeur dans une bibliographie d’ensemble sur la ville lacustre, mais qui ne saurait se suffire à lui-même malgré la qualité évidente de son écriture.

La voix rauque

La voix Rauque

L’affaire Gregory est un enchevêtrement d’intrigues, de rancoeurs, de rebondissement, d’incompétences, etc.

Cet ouvrage de Thibaut Solano revient sur ce qui constitue finalement la colonne vertébrale de tout ce drame.

Bien avant l’assassinat, la vie de nombreux habitants de cette vallée fut à tout jamais bouleversée par les appels de ce ou ces corbeaux.

L’ouvrage revient donc en détails sur ces appels, en les replaçant dans le contexte de la vie quotidienne de chacun des protagonistes.

Richement documenté, le livre propose l’intégralité des retranscriptions, tout juste mises en scène avec les éléments issus des témoignages, interviews ou directement de la procédure judiciaire.

S’il est impossible de parvenir à une conclusion définitive sur le sujet, l’ouvrage ouvre des pistes de réflexion interessantes. Dans tous les cas, en recoupant les informations contenues et détaillées dans cet ouvrage avec celles fournies par le reste de la bibliographie sur l’affaire, nous finissons par avoir un faisceau de présomptions.

Seul certitude : celles et ceux qui ont trempé dans cet sombre histoire, qu’il s’agisse du harcèlement téléphonique ou du lâche assassinat en lui-même, sont d’immondes personnes sévèrement dérangées, pour qui, malgré tout, on ne peut s’empêcher d’éprouver un peu de pitié matinée de colère.

L’énigme reste hélas encore à ce jour irrésolue, tout du moins officiellement.

Nous sommes l’étincelle

Nous sommes l'étincelle

Brouillon est certainement le meilleur qualificatif pour ce roman décousu.

Parsemé malgré tout de plusieurs idées interessantes, le propos brasse tout cela de manière assez peu cohérente et nous offre en définitive une histoire oubliable.

En dehors de quelques séquences à la trame narrative compréhensible, l’auteur se perd dans un enchevêtrement poussif d’intrigues servies par des personnages transparents.

Un coup pour rien, bien regrettable car l’auteur tenait bien le fil de quelques thèses audacieuses, hélas noyées dans un texte mal fagoté.

Premier Sang

Premier Sang

Quand on vous dit que l’histoire de Rambo a débuté par un livre, vous croyez d’abord à une blague.

Mais en fait non !

Beaucoup plus subtil que le film dont il est l’adaptation, il est également beaucoup plus violent. Les morts se comptent ici par dizaines, lorsqu’ils ne sont que deux dans le long métrage.

Quand on remet ce roman en perspective par rapport au torrent de productions surfant sur le « First Blood » cinématographique qui ont inondé nos salles obscures et nos magnétoscopes dans les années 80 et 90 jusqu’à saturation, force est d’admettre qu’Hollywood a une capacité hors norme pour générer du business sans limite.

La postface de la main de l’auteur est singulièrement interessante et éclairante à la fois sur les intentions de l’auteur et son rapport à l’adaptation qui en aura été faite (ainsi que ses suites).

Avant un nième visionnage, plongez vous dans cette lecture !

Ecrire un roman

Premier Sang

Il ne semble jamais y avoir eu autant de monde souhaitant écrire un livre et, le cas échant, se faire publier.

S’il y a aussi peu d’élus parmi la foule des appelés, c’est sans doute principalement une question de manque de temps plus qu’une absence d’inspiration ou de talent.

Et quand on voit certaines publications arriver sur les étals des librairies, on peut se dire que ceux qui n’ont ni talent ni inspiration sont ceux qui ont finalement le plus de temps pour accoucher de manuscrits aussi mauvais qu’insipides. Mais c’est un autre débat.

Ce petit ouvrage propose un condensé synthétique de conseils simples mais efficace pour poser les bases d’un roman. Il ne s’agit évidemment pas d’une baguette magique, mais il a le mérite de guider l’auteur en herbe sur de bons rails.

Ces premiers conseils sont à approfondir, soit par d’autres lectures sur des aspects plus spécifiques (personnages, dialogues, etc.) ou surtout, par la pratique !

Le livre de l’Ikigai

Le livre de l'Ikigai

Faut que je vous avoue un truc : je vous une passion secrète aux diagrammes de Venn. Vous savez, ces graphiques représentant trois ou quatre cercles qui se recoupent pour faire apparaître les zones de frictions ou de complémentarité.

A force de voir passer des articles à propos de l’Ikigai et de découvrir des rayons entiers de librairies remplis d’ouvrage sur le sujet, j’ai eu l’envie de voir ce qui pouvait bien se raconter sur le sujet, finalement assez simple dans son approche et son explication.

L’Ikigai est l’incarnation de ce qui vous pousse à vous lever le matin. Il se trouve à la confluence de ce qui vous passionne, de votre profession, de votre vocation et de la mission que vous pensez devoir accomplir en ce monde.

Aussi beau que soit ce concept sur le papier, tout le monde n’y trouvera pourtant pas l’épanouissement promis.

A t-on vraiment envie de faire de notre passion un métier, au risque de banaliser cette passion et de la rendre contraignante ? A l’inverse, si votre passion c’est d’être tourneur fraiseur, que le monde a besoin de tourneur-fraiseur, que vous ne respirez que par le métier de tourneur-fraiseur, votre Ikigai sera sans doute d’être tourneur fraiseur. Pourtant, vu de l’extérieur, cela semble être à l’opposé de ce que le monde considère comme un véritable Ikigai.

Ce livre propose une définition du concept et quelques « exercices » censés vous conduire à votre propre définition de ce qui vous pousse véritablement à vous lever le matin.

Si le chemin est interessant, je reste tout de même dubitatif vis à vis de cette philosophie qui, si elle reste belle et séduisante, n’en demeure pas moins très abstraite et utopique.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Maître de ces lieux

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :